Thème
Concertation
Texte de présentation du thème

L’objet de l’analyse est de comprendre comment la concertation prend forme dans l’espace métropolitain, donc d’identifier ses usages et leurs échelles. Il s’agit d’éclairer la manière dont la décision dans l’espace de la Communauté urbaine de Bordeaux intègre la société civile et déceler si la mise en œuvre de la concertation est révélatrice d’une évolution des stratégies urbaines, particulièrement d’une éventuelle recomposition des échelles de gouvernance. L’étude de terrain révèle des degrés variables d’institutionnalisation de la participation et d’intégration de la parole des habitants. Elle permet aussi de tempérer les analyses en termes de gouvernance supracommunale, tant les représentations locales restent attachées à l’échelon de pouvoir municipal.

Démarche & méthodologie

Cette étude a pour ambition de mettre le paradigme participatif à l’épreuve des faits bordelais. Elle s’est basée sur une analyse de terrain comportant un passage en revue de la presse locale sur le thème de la concertation (notamment le quotidien Sud Ouest) mais surtout des entretiens semi directifs avec des agents de différentes municipalités et des services de la Communauté urbaine de Bordeaux, ainsi qu’avec des élus municipaux et des représentants du monde associatif particulièrement actifs sur les questions urbaines. Il s’agit à travers cette démarche de saisir comment les acteurs locaux se représentent la concertation et considèrent leurs propres pratiques en la matière.

Équipes

Projets liés

Centralités Périphériques

Diaporama

La recomposition des centralités périphériques repose sur le principe de requalification des avantages de la ville existante : diversité et proximité. Cette politique opte pour une extension urbaine regroupée autour des pôles secondaires de l’agglomération, afin de mieux organiser les dispositifs de maîtrise du développement urbain en matière d’habitat, d’activité, de transports, d’éducation, de loisirs.

GPV Hauts de Garonne

Diaporama

Les communes de Bassens, Cenon, Floirac et Lormont, signataires avec l’État d’une convention territoriale GPV font partie de ce secteur de la rive droite qui a accueilli l’essentiel du logement social bordelais. Demeuré longtemps enclavé, il bénéficie cependant d’atouts non négligeables comme sa grande qualité paysagère, la proximité géographique de Bordeaux et la présence du tramway.